Guides Matera

Tout savoir sur la gestion locative

Tout savoir sur la gestion locative
Gestion locative
Tout savoir sur la gestion locative
Le propriétaire bailleur
No items found.
Passez en syndic coopératif avec Matera
Syndic
Passez en syndic coopératif avec Matera
Découvrir

Tout savoir sur la gestion locative

Tout savoir sur la gestion locative

Mise en location d’un bien ou signature du bail, charges quotidiennes ou état des lieux de sortie : les opérations liées à la gestion locative ne manquent pas. À l’aide d’une bonne organisation, il est plus facile qu’il n’y paraît de superviser ses propres logements. N’ayez crainte !

On vous explique ce qu’il y a à connaître sur la gestion locative et les possibilités qui s’offrent à vous.

Sommaire

Syndic
Passez en syndic coopératif avec Matera
Rejoignez plus de 6 000 copropriétés heureuses. Projets de copro qui prennent vie, finances entièrement transparentes, n'attendez plus et passez au syndic coopératif.
Découvrir MateraDécouvrir
Syndic
Passez en syndic coopératif avec Matera
Rejoignez plus de 6 000 copropriétés heureuses. Projets de copro qui prennent vie, finances entièrement transparentes, n'attendez plus et passez au syndic coopératif.
Découvrir MateraDécouvrir
On ne s'arrête pas en si bon chemin!
Découvrez d’autres articles sur la législation et la gestion de copropriété.
Vous êtes propriétaire et souhaitez louer votre bien ? Découvrez les dessous de la gestion locative : agence, location auto-gérer, logiciels d'aide à la location, frais, ... Matera vous accompagne.

Tout savoir sur la gestion locative

Vous voulez réduire vos coûts de copropriété ? Faites jusqu'à 30% d'économies en passant chez Matera.

Obtenir un devis
Selon nos 498 Avis Google

Tout savoir sur la gestion locative

Obtenir un devis
Selon nos 498 Avis Google
Vous êtes propriétaire et souhaitez louer votre bien ? Découvrez les dessous de la gestion locative : agence, location auto-gérer, logiciels d'aide à la location, frais, ... Matera vous accompagne.

Mise en location d’un bien ou signature du bail, charges quotidiennes ou état des lieux de sortie : les opérations liées à la gestion locative ne manquent pas. À l’aide d’une bonne organisation, il est plus facile qu’il n’y paraît de superviser ses propres logements. N’ayez crainte !

On vous explique ce qu’il y a à connaître sur la gestion locative et les possibilités qui s’offrent à vous.

Qu’est-ce que la gestion locative ? 

La définition de la gestion locative est définie par l’ensemble des tâches liées à la prise en charge de la location d’un ou plusieurs biens immobiliers. Elle peut être réalisée par le propriétaire lui-même, un professionnel de l’immobilier, agent ou mandataire immobilier, qui s’acquittera de toute l’organisation inhérente au logement.

bullet
Bon à savoir :
Pour prétendre à la gestion de vos biens, les professionnels de l’immobilier doivent y être habilités. Précisé par l’article 3 de la loi no70-9 du 2 janvier 1970 réglementant les conditions d’exercice des activités relatives à certaines opérations portant sur les immeubles et les fonds de commerce, l’agent doit détenir une carte professionnelle avec la mention « gestion immobilière ». À partir de ce moment-là, il est possible de signer avec lui un mandat de gestion locative qui lui ouvre des droits afin de gérer les biens immobiliers du propriétaire en son nom.

Quels sont les différents actes de la gestion locative ?

La gestion locative s’établit du début à la fin de la location. Réalisée par le bailleur ou un agent immobilier, de nombreuses tâches interviennent avant la location, pendant, et à la sortie du locataire. Voici un aperçu de ce qui peut être lié à la gestion locative :

Avant la location : 

  • Communication (publicité et mise en avant du bien) ;
  • Proposition du bien ;
  • Organisation des visites ;
  • Vérification des dossiers et de la solvabilité des candidats ; 
  • Soumission des dossiers au propriétaire ;
  • Rédaction du bail ;
  • Réalisation de l’état des lieux et de la remise des clés.

Pendant la location : 

  • Perception des loyers et charges ;
  • Envoi des quittances de loyer au locataire ;
  • Gestion de la vie courante et des sinistres potentiels du logement ;
  • Paiement des charges de copropriété et relation avec le syndic ;
  • Relance ou recouvrement des impayés si la procédure est nécessaire.

À la fin de la location :

  • Réception du préavis de départ du locataire (ou envoi de la demande de fin de bail du propriétaire) ;
  • Organisation et réalisation de l’état des lieux de sortie ;
  • Restitution du dépôt de garantie.

bullet
Bon à savoir :
La délégation de la gestion locative peut commencer et prendre fin au moment où le souhaite le propriétaire. Il n’est pas nécessaire qu’un mandataire immobilier suive toutes ces étapes.

Le propriétaire peut tout à fait prendre en charge la mise en location du bien et de trouver un locataire, puis confier le reste de la gestion des charges locatives à un prestataire. A contrario, il peut déléguer la mise en location, et choisir de conserver toutes les autres charges : c’est ce que l’on appelle la gestion semi-déléguée.

De fait, le propriétaire peut parfaitement choisir de s’occuper de toutes les tâches inhérentes à la gestion locative.

Gérer soi-même sa location, est-ce possible ? 

Aujourd’hui, plus de deux propriétaires sur trois gèrent eux-mêmes leurs biens. Si déléguer la gestion locative à un mandataire immobilier comporte des avantages, notamment sur son gain de temps, elle reste néanmoins fortement onéreuse.

En ce cas, s’occuper de la gestion locative de ses propres appartements ou maisons demeure la solution la plus économique. D’une part, elle octroie une traçabilité et une liberté d’action totale, mais elle permet d’économiser les frais des agences immobilières. On estime ces honoraires entre 8 et 15 % du montant annuel des loyers hors taxes perçus par le bailleur propriétaire. Beaucoup de propriétaires ne peuvent se permettre une telle dépense, notamment pour des opérations qu’ils peuvent réaliser par eux-mêmes.

bullet
Bon à savoir :
Les frais de mise en location du logement et d’état des lieux ne sont parfois pas pris en compte dans le contrat de gestion locative. Des honoraires peuvent être facturés au propriétaire, mais également au locataire. Néanmoins, les montants doivent être affichés en vitrine et sont encadrés par la loi ALUR du 24 mars 2014.

Les logiciels de gestion locative, le bon compromis.

Devant la complexité de la gestion de certains biens, des logiciels de gestion locative ont été mis en place pour faciliter l’administration de vos biens, en toute autonomie.

En général, ils comportent plusieurs modules comme : 

  • Baux préremplis ;
  • Gestion des comptes, parfois même d’établissement de budget en fonction de vos revenus locatifs ;
  • Régularisation des charges ;
  • Révision des loyers ; 
  • Système de réservation : très utile pour la location saisonnière ;
  • Quittances électroniques.

Les logiciels de gestion locative permettent de réaliser les opérations courantes qu’effectuent les professionnels de l’immobilier, sans en payer le prix. Ils accordent la possibilité de conserver un suivi linéaire et rassurant, ainsi que la maîtrise totale du bien. 

Personne ne prend davantage soin de son bien que le propriétaire lui-même. Auto-gérer son patrimoine immobilier offre également l’opportunité d’une meilleure rentabilité grâce à l’économie faite sur les frais de gestion, qui n’est pas négligeable et peut être réinvestie. 

Bon à savoir : Gérer soi-même son bien immobilier, c’est aussi s’assurer que le logement soit aux normes et conforme à la loi. La loi du 6 juillet 1989 visant à améliorer les rapports locatifs, précise dans son article 3-3 que des diagnostics obligatoires doivent être réalisés et annexés au contrat de location, comme le DPE, le Crep, l’état de l’installation électrique, de gaz, des risques et de pollution, le diagnostic Bruit, ou encore la présence ou non d’amiante. Ils doivent être regroupés dans un dossier nommé le Dossier Diagnostic Technique (DDT).

bullet
Bon à savoir :
Gérer soi-même son bien immobilier, c’est aussi s’assurer que le logement soit aux normes et conforme à la loi. La loi du 6 juillet 1989 visant à améliorer les rapports locatifs, précise dans son article 3-3 que des diagnostics obligatoires doivent être réalisés et annexés au contrat de location, comme le DPE, le Crep, l’état de l’installation électrique, de gaz, des risques et de pollution, le diagnostic Bruit, ou encore la présence ou non d’amiante. Ils doivent être regroupés dans un dossier nommé le Dossier Diagnostic Technique (DDT).

Passez en syndic coopératif avec Matera

Passez en syndic coopératif avec Matera

Découvrir Matera