Guides Matera

Dégât des eaux en copropriété : quel est le rôle du syndic ?

Dégât des eaux en copropriété : quel est le rôle du syndic ?
Dégât des eaux
No items found.
Maîtrisez & réduisez vos charges de copropriété
E-book
Maîtrisez & réduisez vos charges de copropriété
Télécharger

Dégât des eaux en copropriété : quel est le rôle du syndic ?

Dégât des eaux en copropriété : quel est le rôle du syndic ?

Le dégât des eaux est le sinistre le plus fréquent en copropriété. En cas de dégât des eaux, la première étape est de déterminer l’origine de la fuite. En effet, si le sinistre provient des parties communes, c’est le syndic de copropriété qui devra effectuer les démarches pour réparer la fuite et obtenir réparation. Quelles sont les démarches à entreprendre en cas de dégât des eaux ? Quelles sont les obligations du syndic ? On vous explique tout dans cet article.

Sommaire

E-book
Maîtrisez & réduisez vos charges de copropriété
Découvrez comment réduire les 3 postes de dépenses les plus importants de votre copropriété.
Télécharger le livre blancTélécharger

Qu’est-ce qu’un dégât des eaux ?

Le dégât des eaux désigne les dommages causés aux biens (mobiliers et immobiliers) par l'action de l'eau. Il peut avoir pour origine une partie privative (un logement individuel, une place de parking, un box, etc.), mais aussi une partie commune (les escaliers, les couloirs, les corridors, etc.).

Concrètement, il peut s’agir :

  • D’une fuite d’eau provenant d’une canalisation ;
  • D’une fuite ou d’un débordement provenant d’un radiateur, d’un appareil électroménager, d’une baignoire, d’un lavabo ou d’un évier ;
  • D’un engorgement ou un débordement des gouttières ;
  • D’une infiltration d’eau sous le toit.

Dans cet article, nous nous pencherons sur les missions et obligations du syndic de copropriété lors de l’apparition d’un dégât des eaux provenant ou ayant affecté les parties communes.

bullet
Bon à savoir :
La liste des parties communes et des parties privatives de la copropriété est inscrite dans le règlement de copropriété.

Quelle est la responsabilité du syndic lors d’un dégât des eaux ?

Lorsque le dégât des eaux affecte ou provient des parties communes, le syndic doit mettre en place des mesures conservatoires afin de faire réparer la fuite.

Dégât des eaux : les obligations du syndic

De par son contrat, le syndic est chargé de la gestion des sinistres, que ce soit un syndic professionnel, bénévole ou coopératif.

Lorsqu’une fuite d’eau provient des parties communes de la copropriété, le syndic doit faire office d’intermédiaire entre l’assureur et le syndicat des copropriétaires.

Voici les obligations que le syndic est tenu de respecter dès l’apparition du sinistre :

  • Transmettre tous les justificatifs nécessaires à l’assureur ;
  • Rassembler les photos et vidéos du sinistre et d’éventuels témoignages ;
  • Réunir des attestations ou devis chiffrés de prestataires ;
  • Obtenir un état estimatif des dégâts occasionnés ;
  • Accompagner ou assister l’expert missionné par l’assureur pour évaluer le sinistre.

Dégât des eaux : quelles sanctions en cas de non-respect des obligations du syndic ?

Si le syndic ne respecte pas ses obligations et que sa faute génère un préjudice pour le syndicat des copropriétaires, sa responsabilité civile peut être engagée.

Par exemple, si le syndic tarde à déclarer le sinistre à l’assurance de la copropriété et dépasse le délai de prescription biennale, l’assureur est en droit de refuser toute indemnisation.

bullet
Bon à savoir :
Le délai de prescription biennale est de deux ans à compter de l'événement qui y donne naissance, c’est-à-dire qu’au-delà de cette date il n’est plus possible de demander une indemnisation à l’assureur après un sinistre.

Si vous êtes confronté à cette situation, nous vous conseillons de trouver dans un premier temps une solution à l’amiable, en envoyant un courrier recommandé avec accusé de réception, puis de procéder une mise en demeure si nécessaire.

Sans réaction de la part du syndic, les copropriétaires peuvent l’assigner en justice via deux types de procédures judiciaires :

  • La procédure individuelle : n’importe quel copropriétaire peut assigner en justice le syndic en faisant appel à la garantie protection juridique de son assurance habitation, qui prendra en charge les frais de procédures. C’est le cas, par exemple, si le syndic a eu connaissance du dégât des eaux mais qu’il n’intervient pas pour réparer le sinistre qui provient des parties communes et endommage le logement personnel d’un copropriétaire ;
  • La procédure collective : dans cette situation, le syndicat des copropriétaires va se partager les frais de justice. C’est le cas, par exemple, si les parties communes de la copropriété sont inondées à cause du dégât des eaux, ce qui affecte la sécurité de l’ensemble des copropriétaires, et que le syndic n’entreprend aucune démarche pour intervenir.

Quelle assurance doit souscrire le syndic en cas de dégât des eaux ?

Le syndic de copropriété, au nom du syndicat des copropriétaires, a l’obligation de souscrire une Assurance Multirisque Immeuble (MRI) afin d’indemniser les occupants, locataires comme propriétaires, en cas de fuite qui affecte les parties communes de la copropriété.

Par ailleurs, le syndic a aussi pour obligation de souscrire à une assurance couvrant la responsabilité civile de la copropriété.

bullet
Bon à savoir :
La convention IRSI a pour objectif de simplifier l’indemnisation d’un dégât des eaux en copropriété. Il s’agit d’un accord signé entre plusieurs compagnies d’assurances pour la gestion des dommages inférieurs à 5 000€ HT par lot sinistré. Ainsi, si un dégât des eaux a eu lieu dans les parties communes mais a également touché des parties privatives, l’assureur de la copropriété gère le sinistre avec les autres assurances habitations de manière plus efficace et rapide.

Que doit faire le syndic en cas de dégât des eaux en cas de copropriété ?

Le syndic doit suivre différentes procédures pour rétablir le sinistre lors de l’apparition de la fuite d’eau. Nous les détaillons ci-dessous.

Étape n°1 : La recherche de la fuite

Si la fuite provient des parties communes, le sinistre doit être déclaré par le syndic, ainsi, c’est l’assurance de la copropriété qui prendra en charge la recherche d’un prestataire pour identifier l’origine de la fuite.

Si la fuite provient des parties privatives, le sinistre doit être déclaré par le copropriétaire, et c’est l’assureur du copropriétaire sinistré qui doit se charger de contacter un prestataire pour déterminer l’origine de la fuite.

Étape n°2 : La déclaration à l’assurance

Une fois la recherche de la fuite effectuée, le syndic se chargera d’effectuer la déclaration auprès de la compagnie d’assurance de la copropriété. Pour ce faire, le syndic doit envoyer l’email suivant à l’assureur.

Il devra joindre à cet email le constat amiable de dégât des eaux si les parties privatives ont été touchées, ainsi que la facture de réparation du prestataire et le devis estimatif des travaux nécessaires pour réparer les dommages causés.

bullet
Bon à savoir :
Chez Matera, il est possible pour tous les copropriétaires de déclarer une fuite d’eau, qui provient des parties communes comme privatives, via son espace personnel en quelques clics, ainsi, on vous donne la marche à suivre pour résoudre le sinistre !

Comme le syndic fait la déclaration du sinistre au nom du syndicat des copropriétaires, c’est également lui qui obtient le versement de l’indemnité par l’assurance. Cette indemnité servira à réaliser les travaux de remise en état et de payer les différents prestataires.

Etape n°3 : La décision des travaux

L’assurance multirisque immeuble prend en charge les dommages causés par le dégât des eaux, mais pas les travaux nécessaires pour réparer le sinistre. De ce fait, le syndic a le choix entre plusieurs solutions :

  • Dans le cas de petits travaux d’entretien, de travaux conservatoires ou de travaux urgents, le syndic pourra les réaliser de sa propre initiative, et ce, si et seulement s’il y a un seuil de consultation qui a été voté en AG au préalable. Ce seuil permet au conseil syndical d’entreprendre ces travaux en respectant un certain montant. S’il n’y a pas de seuil, le conseil syndical doit obligatoirement consulter l’AG des copropriétaires pour le moindre petit travaux. Les travaux sont financés selon le plan de financement de la copropriété, par une avance de trésorerie ou par le fonds de travaux par exemple ;

Dans les autres cas, la réalisation des travaux devra être approuvée en assemblée générale des copropriétaires et la majorité à laquelle seront votés les travaux dépendra de leur nature.

E-book
Maîtrisez & réduisez vos charges de copropriété
Découvrez comment réduire les 3 postes de dépenses les plus importants de votre copropriété.
Télécharger le livre blancTélécharger
On ne s'arrête pas en si bon chemin!
Découvrez d’autres articles sur la législation et la gestion de copropriété.

Dégât des eaux en copropriété : quel est le rôle du syndic ?

Obtenir un devis
Selon nos 498 Avis Google
Un dégât des eaux est le sinistre le plus courant en copropriété. Quelles sont les obligations du syndic ? Zoom sur le rôle du syndic en cas de dégât des eaux.

Dégât des eaux en copropriété : quel est le rôle du syndic ?

Obtenir un devis
Selon nos 498 Avis Google
Un dégât des eaux est le sinistre le plus courant en copropriété. Quelles sont les obligations du syndic ? Zoom sur le rôle du syndic en cas de dégât des eaux.

Le dégât des eaux est le sinistre le plus fréquent en copropriété. En cas de dégât des eaux, la première étape est de déterminer l’origine de la fuite. En effet, si le sinistre provient des parties communes, c’est le syndic de copropriété qui devra effectuer les démarches pour réparer la fuite et obtenir réparation. Quelles sont les démarches à entreprendre en cas de dégât des eaux ? Quelles sont les obligations du syndic ? On vous explique tout dans cet article.

Qu’est-ce qu’un dégât des eaux ?

Le dégât des eaux désigne les dommages causés aux biens (mobiliers et immobiliers) par l'action de l'eau. Il peut avoir pour origine une partie privative (un logement individuel, une place de parking, un box, etc.), mais aussi une partie commune (les escaliers, les couloirs, les corridors, etc.).

Concrètement, il peut s’agir :

  • D’une fuite d’eau provenant d’une canalisation ;
  • D’une fuite ou d’un débordement provenant d’un radiateur, d’un appareil électroménager, d’une baignoire, d’un lavabo ou d’un évier ;
  • D’un engorgement ou un débordement des gouttières ;
  • D’une infiltration d’eau sous le toit.

Dans cet article, nous nous pencherons sur les missions et obligations du syndic de copropriété lors de l’apparition d’un dégât des eaux provenant ou ayant affecté les parties communes.

bullet
Bon à savoir :
La liste des parties communes et des parties privatives de la copropriété est inscrite dans le règlement de copropriété.

Quelle est la responsabilité du syndic lors d’un dégât des eaux ?

Lorsque le dégât des eaux affecte ou provient des parties communes, le syndic doit mettre en place des mesures conservatoires afin de faire réparer la fuite.

Dégât des eaux : les obligations du syndic

De par son contrat, le syndic est chargé de la gestion des sinistres, que ce soit un syndic professionnel, bénévole ou coopératif.

Lorsqu’une fuite d’eau provient des parties communes de la copropriété, le syndic doit faire office d’intermédiaire entre l’assureur et le syndicat des copropriétaires.

Voici les obligations que le syndic est tenu de respecter dès l’apparition du sinistre :

  • Transmettre tous les justificatifs nécessaires à l’assureur ;
  • Rassembler les photos et vidéos du sinistre et d’éventuels témoignages ;
  • Réunir des attestations ou devis chiffrés de prestataires ;
  • Obtenir un état estimatif des dégâts occasionnés ;
  • Accompagner ou assister l’expert missionné par l’assureur pour évaluer le sinistre.

Dégât des eaux : quelles sanctions en cas de non-respect des obligations du syndic ?

Si le syndic ne respecte pas ses obligations et que sa faute génère un préjudice pour le syndicat des copropriétaires, sa responsabilité civile peut être engagée.

Par exemple, si le syndic tarde à déclarer le sinistre à l’assurance de la copropriété et dépasse le délai de prescription biennale, l’assureur est en droit de refuser toute indemnisation.

bullet
Bon à savoir :
Le délai de prescription biennale est de deux ans à compter de l'événement qui y donne naissance, c’est-à-dire qu’au-delà de cette date il n’est plus possible de demander une indemnisation à l’assureur après un sinistre.

Si vous êtes confronté à cette situation, nous vous conseillons de trouver dans un premier temps une solution à l’amiable, en envoyant un courrier recommandé avec accusé de réception, puis de procéder une mise en demeure si nécessaire.

Sans réaction de la part du syndic, les copropriétaires peuvent l’assigner en justice via deux types de procédures judiciaires :

  • La procédure individuelle : n’importe quel copropriétaire peut assigner en justice le syndic en faisant appel à la garantie protection juridique de son assurance habitation, qui prendra en charge les frais de procédures. C’est le cas, par exemple, si le syndic a eu connaissance du dégât des eaux mais qu’il n’intervient pas pour réparer le sinistre qui provient des parties communes et endommage le logement personnel d’un copropriétaire ;
  • La procédure collective : dans cette situation, le syndicat des copropriétaires va se partager les frais de justice. C’est le cas, par exemple, si les parties communes de la copropriété sont inondées à cause du dégât des eaux, ce qui affecte la sécurité de l’ensemble des copropriétaires, et que le syndic n’entreprend aucune démarche pour intervenir.

Quelle assurance doit souscrire le syndic en cas de dégât des eaux ?

Le syndic de copropriété, au nom du syndicat des copropriétaires, a l’obligation de souscrire une Assurance Multirisque Immeuble (MRI) afin d’indemniser les occupants, locataires comme propriétaires, en cas de fuite qui affecte les parties communes de la copropriété.

Par ailleurs, le syndic a aussi pour obligation de souscrire à une assurance couvrant la responsabilité civile de la copropriété.

bullet
Bon à savoir :
La convention IRSI a pour objectif de simplifier l’indemnisation d’un dégât des eaux en copropriété. Il s’agit d’un accord signé entre plusieurs compagnies d’assurances pour la gestion des dommages inférieurs à 5 000€ HT par lot sinistré. Ainsi, si un dégât des eaux a eu lieu dans les parties communes mais a également touché des parties privatives, l’assureur de la copropriété gère le sinistre avec les autres assurances habitations de manière plus efficace et rapide.

Que doit faire le syndic en cas de dégât des eaux en cas de copropriété ?

Le syndic doit suivre différentes procédures pour rétablir le sinistre lors de l’apparition de la fuite d’eau. Nous les détaillons ci-dessous.

Étape n°1 : La recherche de la fuite

Si la fuite provient des parties communes, le sinistre doit être déclaré par le syndic, ainsi, c’est l’assurance de la copropriété qui prendra en charge la recherche d’un prestataire pour identifier l’origine de la fuite.

Si la fuite provient des parties privatives, le sinistre doit être déclaré par le copropriétaire, et c’est l’assureur du copropriétaire sinistré qui doit se charger de contacter un prestataire pour déterminer l’origine de la fuite.

Étape n°2 : La déclaration à l’assurance

Une fois la recherche de la fuite effectuée, le syndic se chargera d’effectuer la déclaration auprès de la compagnie d’assurance de la copropriété. Pour ce faire, le syndic doit envoyer l’email suivant à l’assureur.

Il devra joindre à cet email le constat amiable de dégât des eaux si les parties privatives ont été touchées, ainsi que la facture de réparation du prestataire et le devis estimatif des travaux nécessaires pour réparer les dommages causés.

bullet
Bon à savoir :
Chez Matera, il est possible pour tous les copropriétaires de déclarer une fuite d’eau, qui provient des parties communes comme privatives, via son espace personnel en quelques clics, ainsi, on vous donne la marche à suivre pour résoudre le sinistre !

Comme le syndic fait la déclaration du sinistre au nom du syndicat des copropriétaires, c’est également lui qui obtient le versement de l’indemnité par l’assurance. Cette indemnité servira à réaliser les travaux de remise en état et de payer les différents prestataires.

Etape n°3 : La décision des travaux

L’assurance multirisque immeuble prend en charge les dommages causés par le dégât des eaux, mais pas les travaux nécessaires pour réparer le sinistre. De ce fait, le syndic a le choix entre plusieurs solutions :

  • Dans le cas de petits travaux d’entretien, de travaux conservatoires ou de travaux urgents, le syndic pourra les réaliser de sa propre initiative, et ce, si et seulement s’il y a un seuil de consultation qui a été voté en AG au préalable. Ce seuil permet au conseil syndical d’entreprendre ces travaux en respectant un certain montant. S’il n’y a pas de seuil, le conseil syndical doit obligatoirement consulter l’AG des copropriétaires pour le moindre petit travaux. Les travaux sont financés selon le plan de financement de la copropriété, par une avance de trésorerie ou par le fonds de travaux par exemple ;

Dans les autres cas, la réalisation des travaux devra être approuvée en assemblée générale des copropriétaires et la majorité à laquelle seront votés les travaux dépendra de leur nature.

Articles les plus consultés

This is some text inside of a div block.

Heading

This is some text inside of a div block.

Heading

This is some text inside of a div block.

Heading